12 Years A Slave : Un film à Oscars

Publié le

Faites de la place sur votre étagère, monsieur Mr. McQueen, les Oscars arrivent. Seront-ils mérités ? Car on le sait, Hollywood adore les films portant sur la traite des noirs. C’est à la mode. Chaque année apporte son lot de grandes oeuvres pensantes, on se souvient encore du grandiloquent Lincoln de Spielberg. Mais avec 12 Years a Slave, McQueen traite la question au plus près du problème, adaptant l’autobiographie du même nom de Solomon Northup. Musicien libre kidnappé et réduit à l’esclavage, il va vivre des années éprouvantes loin de sa famille auprès de plusieurs maitres, avant de retrouver sa liberté.

Les films portant sur l’esclavage sont nombreux, ceux issus d’histoires beaucoup moins. Ici, on est loin de l’humour d’un Django Unchained ou de la politique d’un Lincoln. Il reste donc la souffrance d’une telle injustice, qui parcourront tout le film à travers des scènes de torture à la violence aussi physique que psychologique. Dommage que l’empathie pour Solomon Northup ne semble se faire qu’à travers les flash-backs de sa vie d’homme libre, comme s’il était plus juste d’espérer plus encore la libération de Solomon que celle des autres esclaves. Car, comme il le dit lui-même, il n’est pas un esclave. Lui sait jouer du violon, lui sait lire, écrire, se tenir en société. Il ne mérite donc pas ce sort, alors que les autres esclaves sont à leur place. C’est le message implicite du personnage de Solomon Northup, qui ne perd jamais espoir alors que ses compagnons de galère semblent avoir quant à eux abandonné toute espérance. Un choix de narration qui remet en question la sincérité du propos car il sous-entend une dramatisation exacerbée qui entraîne le spectateur par la main. Sentiment renforcé par la musique d’Hans Zimmer omniprésente qui fait son apparition à chaque séquence d’émotion, comme pour dire au spectateur « tu peux compatir, tu peux pleurer ».
L’adaptation d’une histoire vraie peut être à la fois une force et une faiblesse. Ici, les douze ans d’esclavage subis par Solomon ne paraissent pas être aussi longs, à cause d’ellipses mal maitrisées, bien présentes mais qu’on a du mal à comprendre. De plus, l’adaptation de cette histoire à l’allure romanesque était un piège parfait dans lequel McQueen est tombé, puisqu’il ne résiste pas à certains grands mécanismes qui font le bonheur d’Hollywood, notamment dans la conclusion, happy end aussi inutile qu’exaspérant.

Evidemment, tout n’est pas noir, la réalisation académique réserve tout de même quelques séquences impressionnantes, par exemple dans ses scènes de torture, qui s’étirent interminablement dans des plans séquences aussi dérangeants que lourds de sens. Le casting quatre étoiles s’avère efficace, bien que Fassbender se détache du lot avec une interprétation fiévreuse et toute en ambiguïté de son personnage de tortionnaire.

Brad Pitt, en tant que producteur du film, avait bien le droit à son petit rôle. Il apparaît ici comme le sauveur de Solomon, un canadien abolitionniste qui va l’aider à s’affranchir de sa condition. Dommage que le personnage n’ait pas été plus travaillé, et qu’il semble tomber du ciel. Le dénouement en est précipité et on est pris au dépourvu par la « facilité » avec laquelle Solomon est sauvé.

Si Steve McQueen nous avait habitué à un style moins conformiste, on ne peut pas se plaindre que le film soit mauvais. Sans faire tâche dans la filmographie du réalisateur, 12 Years a Slave n’est toutefois pas le chef d’oeuvre annoncé, mais ne devrait avoir aucun problème à passer par la case Oscars.

Tom à la ferme : Bizarre et captivant

Publié le

Le québécois Xavier Dolan est énervant. Depuis son premier film, J’ai tué ma mère(qui avait fait sensation à Cannes), il est rapidement devenu l’un des réalisateurs les plus prometteurs de sa génération : ce jeune homme à qui tout réussit n’a en effet que vingt-six ans. Il revient cette année avec Tom à la ferme, qui, loin d’être un remake des aventures de Martine à la ferme, nous fait suivre un jeune publicitaire qui atterrit dans la campagne québécoise pour assister à l’enterrement de son compagnon. Logé dans la famille du défunt, il va découvrir que la mère, inconsolable, ignorait (et ignore toujours) tout de l’homosexualité de son fils. Mais alors que Tom est parti pour lui révéler la vérité, Francis, le grand frère et gérant de la ferme familiale débarque et le menace. Tom va alors se laisser prendre dans un jeu de domination sadomasochiste avec ce frère aux intentions troubles…

Alors que le film est adapté d’une pièce de théâtre qui se déroulait exclusivement en huit-clos, Xavier Dolan a quant lui décidé de montrer la campagne. Pourtant, et c’est là que réside la puissance du film et de sa mise en scène, le sentiment d’enfermement de Tom n’en est que renforcé. Pris au piège dans la ferme de sa «belle-famille », la campagne devient une prison d’où il s’avère impossible de s’évader.

Le personnage de Francis, interprété par Pierre-Yves Cardinal, est passionnant car on ne le comprend jamais vraiment. La relation qui se noue entre lui et Tom est à la fois fraternelle et ambiguë : on se surprend parfois à penser que Francis est possiblement lui aussi homosexuel.
Cette situation est d’autant plus complexe que Tom développe un certain syndrome de Stockholm pour cet homme violent qui le retient prisonnier.

La connexion des deux personnages permet de faire tenir le film debout et d’aborder d’autres thèmes : le deuil, l’homophobie, l’opposition ville/campagne… Les sujets abordés par Xavier Dolan sont nombreux, mais sont surtout traités d’une manière singulière. Ainsi, contrairement à d’autres films pouvant traiter de l’homosexualité, le héros doit ici non pas l’assumer et l’afficher au reste du monde, mais au contraire la cacher, même si il l’assume pleinement. La faute donnée à une campagne macho, toujours remplie de clichés et de préjugés, tandis que la ville représenterait quant à elle la possibilité de s’accepter et de s’affirmer tel que l’on est.

A ces questionnements moraux se lie pourtant une esthétique du thriller, voire du film d’horreur. La ferme au fin fond du Québec remplace ici la traditionnelle cabane au fond des bois, et le tueur psychopathe est substitué par un fermier rustre et homophobe. Cela n’empêche pas Xavier Dolan de filmer les champs de blé et les étables comme d’inquiétants cimetières, sans oublier l’angoissante musique composée par Gabriel Yared, apportant beaucoup au climat de tension installé tout au long du film. Le suspense devient intense (et rappelle par moments le savoir-faire d’Hitchcock en la matière), tandis que la psychologie des personnages est peu à peu dévoilée. Un équilibre parfaitement maîtrisé.

Xavier Dolan montre avec Tom à la ferme qu’il est décidément un réalisateur plein de surprises et de talent, et qu’il est capable de surfer sur plusieurs genres à la fois sans se perdre en chemin. Le jeune homme de la ville a su apprivoiser la campagne pour la faire sienne, et a su en faire un film où il marque son style et les esprits.